miercuri, 20 februarie 2013

Pricina durerii europene după Emmanuel Todd - de Adina Epure


QUINO, Mafalda












Dragă Ligă,

          Din oceanul Pacific a ieşit un articol mic şi pe coada lui scria Ieşi afară
dum-nea-ta:  Uniunea Europeană. 
Mafalda, prietena noastra de demult ne repeta la nesfarşit: El mundo está enfermo! (Pământul e bolnav!).  După cum bine ştiţi, pe lângă domeniul traducerilor, suntem preocupaţi şi de proaspătul domeniu al interculturalităţii. Filiala Clujo – Pariziană a participat recent la o conferinţă în care cercetătorul Emmanuel Todd dă dreptate peştişorului. Aşa că am decis să vă relatăm cele auzite şi să cugetăm împreună la starea lumii. Veţi găsi mai jos articolul care este în franceză; preţuim deschiderea Ligii şi vă stăm la dispoziţie pentru eventualele lămuriri şi dorinţe de schimburi.
Un gând bun de departe, multe deschideri interculturale şi lecturi interesante!

Cu intrebări nenumărate,
Filiala Paris




Le pourquoi du mal de l’Europe, par Emmanuel Todd
(Pricina durerii europene, de Emmanuel Todd)

QUINO, Mafalda, Le monde va mal

Hier, notre croyance “sympathique” dans l’homme universel a été mise à l’épreuve. Empreignés de la lecture fraîche de la bibliographie historique d’Érasme[1] – le plus célèbre des humanistes faite par un humaniste extraordinaire qui n’a pas été épargné par son temps– Stefan Zweig,  nous ne dirigeons belle vers la conférence d’Emmanuel Todd donnée à la MCJP (Maison de la Culture de Japon à Paris) sur l’Anthropologie de la globalisation.
          Alors, Monsieur Emmanuel Todd - respecté chercheur à l’Institut National d’Etudes Démographiques nous a attiré l’attention lors de nos études sur l’interculturel dans un premier temps quand il a fortement critiqué la théorie (en tout cas son interprétation) de Samuel Huntington  selon laquelle le conflit des civilisations aurait un fort noyau religieux avec une protubérance islamique[2]. Lorsque après l’événements de septembre 2001, elle trouve beaucoup d’adhérents qui aveuglement en voient dans l’événement une confirmation, ET se lève et crie fort : « Mais non, Monsieur Huntington ! Arrêtez de coller des étiquettes religieuses ! Il faut prendre en compte les gens et leurs vies. Si vous voulez, on peut parler au plus de convergences de différentes sociétés". Belle attitude interculturelle !

          Bon, hier il nous a charmé et des fois choqué avec les résultats de sa recherche sur les models familiaux[3]. On apprend ainsi directement sa théorie des models familiaux ancestrales dans le monde dont il choisit les trois plus récurrentes :


Attention ! Ces trois modèles sont rencontrés dans différents espaces mais ils n’ont point pour mission de diviser le monde développé et monde sous-développé ou de créer une quelconque hiérarchie. Pas de tout ! Par sa théorie, Monsieur Todd – empirique déclaré de tradition anglaise – propose de considérer ces modèles et leurs valeurs intrinsèques comme clés de lecture pour ce qui se passe aujourd’hui dans le monde. Audacieux !

- Et alors, Monsieur Todd, selon votre oracle familial, quel est l’état du monde actuel ?
 - Je ne peux être que raisonnablement pessimiste. On est peut-être en train d’assister à un troisième suicide de l’Europe dirigée par l’Allemagne.  Notez bien que les 2 autres – 1914 et 1939 – se sont passés sous direction de l’Allemagne également.

  Image [1]
Convaincu que l’Europe est un concept impossible de fait de ses valeurs différentes qui ne se permettent pas une à l’autre de s’accorder, il se positionne par rapport à la situation actuelle de l’Europe: « Comment voulez-vous que j’en croie encore quand au coeur de cette Europe qui repose sur des beaux principes d’égalité s’est installée une rude hiérarchie ? L’Allemagne dirige tout, la France croyait naïvement que c’est son égal mais détrompez vous : si un ministre français, je ne donne pas de nom, veut discuter un problème européen, il doit aller à Berlin. Au jour d’aujourd’hui la route inverse ne se fait pas. »
Ensuite, on découvre clairement  en bas de l’échelle de l’Europe la Grèce suivie par L’Espagne, etc. De plus, pendent que la France réfléchit comment sauver l’euro, on découvre que cette forte puissante qui est en train de signer un accord Berlin-Pekin.
       

Voyons en quoi l’état actuel de l’Europe peut donc être compris par les valeurs des models familiaux archaïques. Dès qu’une société est déstabilisée, on voit l’émergence d’idéologies qui paraissent elles mêmes nées de ces mêmes valeurs. Le chercheur s’appuie sur l’idée que ces valeurs archaïques, propres au monde rural ont été transférées au niveau des idéologies – ces ‘rêves simples’- lors des révolutions ou des événements historiques qui ont conduit a l’émancipation des peuples par l’apprentissage de l’écriture et l’accès à la lecture. Celles-ci seraient visibles dans les mentalités, un niveau profond et peu défini. 
 Par exemple, si l’on observe la famille nucléaire propre à l’espace français, on aperçoit ses valeurs qui semblent avoir glissé dans les mœurs de la société : une fois majeurs, les enfants partent de la maison et constituent leur propre vie (Liberté !), les frères (Fraternité !) tout en ayant des droits égaux (Egalité !) Et voilà les valeurs de la France révolutionnaire ! (et « rêve-lutionaire ?)
Ensuite, si l’on va vers le model de la famille communautaire rencontrée notamment dans des espaces comme la URSS ou la Chine, les valeurs d’égalités de la famille patriarcale (les filles se marient et rejoignent la famille du mari et les fils restent et constituant leur propres familles tout en étant égaux entre eux) se retrouve à la base même de l’idéologie communiste.
Quant à la famille souche qui rappelle les modèles familiales archaïques d’Allemagne ou de Japon (aussi celui du sud-ouest de la France), ses valeurs de transmission de l’héritage, verticalité du système, principe d’inégalité persistent par exemple dans la façon dont le capital industriel est géré dans ces pays.
Certes, ET rappelle que ces modèles familiaux ne sont que des clés de lectures et ne se proposent pas comme des vérités absolues. 
Ainsi, le système universel actuel – lui-même empreigné par ces valeurs (les frères sont égaux --» les hommes sont égaux --» les peuples sont égaux) n’est pas si universel. En s’appuyant sur cette théorie, ET paraît avoir une explication à la situation actuelle : « en état de stress, dans ce monde qui n’a pas de sens à l’heure actuelle chaque partie se ressource à son origine. On assiste donc à une réactivation des valeurs traditionnelles qui ne sont pas les mêmes et tant qu’elle ne s’acceptent réciproquement, le conflit sera toujours présent.’
Vénérable Erasme de Rotterdam, estimable Stefan Zweig,  vous vous êtes si bien investis pour la cause de l’Humanité et en particulier pour celle d’une Europe universelle; vos stylos y ont versé beaucoup d’encre. Voici Emmanuel Todd qui secoue un peu notre croyance en l’homme européen et plus loin encore en l’homme universel en affirmant : Le retour à l’unité n’est pas évident.                                                      


Avec la croyance que la problématique européenne actuelle est plus complexe que ça, notre question pour ET serait : Comment peut-on trouver le chemin de la diversité qui vous semble être assez loin?
Avez-vous, les penseur de la ligue, des idées ?

QUINO, Mafalda


[1]               Stefen Zweig, Érasme, grandeur et decadence d’une idée, Ed Grasset, Paris, 1935
[2]               Samuel Huntington, Le choc des civilisations ( The Clash of Civilizations and the remaking of the world), paru en 1996 et traduit en français en 1997.
[3]             Emanuel Todd, La Diversité du monde : Famille et modernité), Éditions du Seuil, coll. L'histoire immédiate, Paris, 1999.
 





Comentarii

Translate this blog